Poésie Plate-Forme / LABOR ZERO LABOR

Samedi 27 août 2016, à 15h, ART-O-RAMA, Friche La Belle de Mai, Marseille

Intervenant(s): 

Cycle de conférences proposé par Jérôme Mauche : découvrez la rencontre en vidéo, réalisée par LABOR ZERO LABOR !


La Fondation d’entreprise Ricard propose une rencontre « Poésie Plate-Forme » dans le cadre de LABOR ZERO LABOR, projet et programmation transmedia en direct conçus par Benjamin Valenza en collaboration avec Triangle France.

Le projet LABOR ZERO LABOR, se jouant des idées de « divertissement » et d'« événement » qui entourent l’image de la télévision en direct, au contact aussi des nouveaux réseaux sociaux, se propose d’agir sur la façon dont la diffusion peut changer la compréhension comme la fabrication de la prise de parole dans l’espace public.

LABOR ZERO LABOR est un média télévisuel alternatif, produit en studio pour une audience en ligne. Le lancement des programmes est prévu sur trois jours de diffusion en direct, composé de créations originales, de performances, d’une programmation vidéo, musicale, d’émissions littéraires, de talk-shows, de fictions, déployant le potentiel technique du médium et des formats télévisuels en vue d’une redistribution radicale des capacités d’invention, d’implosion et de liberté, des producteurs comme des spectateurs.

Le module « Poésie Plate-Forme » de la Fondation d’entreprise Ricard, dans ce contexte, participe de ce rapprochement/fusion en cours entre poésie, parole, littérature et arts visuels et performatifs.

Sont conviées, en binôme, une figure historique de la poésie performance action, Charles Pennequin, et Amélie Giacomini & Laura Sellies, deux jeunes artistes qui réalisent des installations/performances qui conjuguent sculptures, corps et récits.

Programmation Jérôme Mauche et Benjamin Valenza

 

Amélie Giacomini & Laura Sellies

Rosy-Blue a trouvé un truc très scénique […]

Rosy-Blue a trouvé un truc très scénique, un truc télévisuel, un truc de plateau même. Rosy-Blue se roule sans candeur aucune désormais. Le ciel est rose, parfois bleu et puis vert. Les aquariums respirent, elles transpirent et les vêtements sont blancs. Comme ça on peut projeter la lumière sur le blanc des Rosy-Blue, un faisceau lumineux effet ondulation de l’eau qui vient les éclairer par derrière. Parfois devant. On voit le reflet des caméras en train d’inventer l’image. Elle se démultiplie Rosy-Blue .

Rosy-Blue est née dans un roman d’Hervé Guibert, quelque part en Italie, dans une pièce dont le revêtement du plafond est couvert d’oiseaux. Rosy-Blue dansait dans un cabaret les tétons maquillés de bleu. Rosy-Blue s’est engueulée avec le projectionniste-éclairagiste, depuis elle propose son propre show.

Diplômées de l’ENSBA de Lyon en 2014, Amélie Giacomini & Laura Sellies travaillent en duo depuis plusieurs années. Leurs travaux ont été présentés  « Chez Moi » Paris, au Salon de Montrouge, à la Biennale de Dakar, à la BF15 Lyon, au Palais de Tokyo … Elles ont bénéficié du Programme Lauréats de la Villa Médicis en 2015. Par ailleurs, Laura Sellies poursuit un travail d'écriture littéraire.
Leurs installations immersives et leurs performances « élargies » imposent des moments de contemplation et suggèrent des univers tramés d'histoires et de narrations : des mythes aquatiques aux romans de Rodrigo Fresán, en passant par les architectures d’Adolf Loos traitées par le regard féministe de Beatriz Colomina.
La figure de Rosy-Blue qui traverse leurs environnements sculpturaux ou filmiques fonctionne comme un jingle ou le motif d'un feuilleton. Elle est le premier état d'une matrice se construisant autour d'une communauté de femmes et de la notion d'insularité.

Charles Pennequin

l'art nous rit dessus

nous sommes dans la rue nous rions nous sommes à rire nous rentrons d'avoir rué dans l'air nous sommes dans l'art ça nous rit dessus nous rentrons dans les maisons nous filmons nous nous rions en plein dessus avec de l'art de la rue

Charles Pennequin est l'un des poètes et performeurs les plus talentueux de sa génération, toujours en recherche. Il place au centre de ses préoccupations la langue, la lecture et l’oralité. Ses premiers textes parus au milieu des années 90 frappent par leur véhémence, leur noirceur, mais leur humour aussi. La rencontre de Christian Prigent comme l’amitié avec Christophe Tarkos sont des moments importants de son parcours. A partir des années 2000, ses interventions prennent la forme de performances et d’improvisations qui travaillent aussi la spatialité du langage.
Il collabore avec des artistes visuels de Pascal Doury à Dominique de Beir, des chorégraphes comme Vincent Dupont ou Dominique Jégou, des musiciens ainsi Jean-François Pauvros. Après avoir fondé la revue « Facial », il coordonne plus récemment le collectif « L’Armée noire ». Son premier livre Le Père ce matin est publié en 1997 aux éditions Carte blanche.
Il a fait paraître depuis une trentaine de livres et de publications auprès des éditions Al Dante, Dedans, 1999, Je me jette, 2004 ; P.O.L, Bibi, 2002, Mon binôme, 2004, Comprendre la vie, 2010, ainsi que de nombreux autres éditeurs comme l’Attente, MIX., Dernier Télégramme, L’Âne qui butine. Il enregistre des cd et pratique la vidéo.
Parmi ses dernières parutions : Alias Jacques Bonhomme avec Jacques Sivan, Al Dante, 2014 ; Charles Péguy dans nos lignes, Atelier de l’agneau, 2014 ; Les Exozomes, P.O.L, 2016.


.

Vidéos

Poésie Plate-Forme et LABOR ZERO LABOR / Amélie Giacomini & Laura Sellies
Poésie Plate-Forme et LABOR ZERO LABOR / Charles Pennequin

Galerie photo de la conférence - Diaporama

LABOR ZERO LABOR

Informations pratiques

    • Du mardi au samedi.
    • Fermeture : dimanche, lundi et jours fériés. FERMETURE EXCEPTIONNELLE SAMEDI 15 DECEMBRE 2018
  • Entrée gratuite, de 11h à 19h

    Visites commentées :

    • Mercredi à 12h30
    • Samedi 12h30 et 16h00
  • 12 rue Boissy d'Anglas, 75008 PARIS. 1er étage.

    • 01 53 30 88 00
    • info@fondation-entreprise-ricard.com
  • Métro : Concorde ou Madeleine

  • Parking : Concorde ou Madeleine