Anne-Sophie Turion & Jeanne Moynot / La cellule (Becquemin&Sagot)

Lundi 25 juin 2018, à 19h, Entrée gratuite Ajouter à mon calendrier

Intervenant(s): 

Cycle de performances proposé par Christian Alandete

Le programme Partitions (Performances) confié à Christian Alandete poursuit l’exploration des liens entre la conférence et la performance à travers une nouvelle série de propositions originales.

Conçue comme un séminaire ouvert de pratiques artistiques puisant dans des savoirs annexes à l’art ses références et/ou ses méthodologies, la programmation  cette saison abordera des sujets aussi divers que l’histoire du cinéma, la chimie, les gender studies, le design, la géopolitique, les arts et traditions populaires, etc.

Ce programme vise à accompagner le développement d’un axe de la performance artistique qui s’appuie sur le discours et son oralité, associant parfois le geste et l’image dans une forme « augmentée » de la conférence.

Cette dernière séquence de Partitions (performances) présente deux performances de Anne-Sophie Turion & Jeanne Moynot et de La cellule (Becquemin&Sagot).

 

La cellule (Becquemin&Sagot) / Road-movie péplum, deux sirènes chez les Argonautes #reconstitution1

Par le biais d'une archéologie-fiction, La cellule (Becquemin&Sagot) explore la ville de Montpellier où l’Antiquité constitue un modèle de développement culturel et territorial, bien que ce soit une ville médiévale sans aucune racine antique.

D’Antigone à Odysseum en passant par le village d’entreprises Hannibal ou par l’incubateur de start-ups Cap Oméga, les deux artistes - rideuses devant l’éternel - chevauchent leurs karts urbains et explorent les nouveaux mythes fondateurs de la ville.

Elles créent ainsi leur road-movie, un storytelling où se mêlent politique, architecture, urbanisme et féminisme.


Cette conférence performée préfigure une exposition et une création scénique qui aura lieu en novembre 2018 à la Scène Nationale d’Albi, en partenariat avec le centre d’art Le LAIT.

« La cellule (Becquemin&Sagot) est une entité formée de deux individus. Deux artistes, Stéphanie Sagot et Emmanuelle Becquemin, explorent le désir dans le contexte de notre société post-industrielle, post-humaine, entre globalisation et développement durable, dans cette « glocalisation » qui fabrique de nouveaux objets, de nouvelles tentations et de nouvelles perversions.

Infiltrées au sein de plusieurs territoires, Stéphanie Sagot et Emmanuelle Becquemin « ré-enchantent » le monde qui n’est plus, pour elles, qu’un décor où la fête semble une boucle infinie.

 La cellule (Becquemin&Sagot) est un faux couple de fausses jumelles qui jouent les doublures du réel afin d’en faire miroiter les faux-semblants. Elles se servent des modes opératoires de l’art et de son petit monde pour voyager, détourner les codes habituels et fabriquer de l’art là où on ne croit pas en voir. Faire voir sous un nouvel angle, c’est cela la séduction, dévier et changer le cap tout tracé, faire des pas de côté pour envisager le monde de manière critique. En dehors de la jouissance, au-delà de la satisfaction rapide, leurs œuvres sont des os sous des enrobages de guimauve. » Marie de Brugerolle

www.la-cellule-becquemin-sagot.com


Anne-Sophie Turion et Jeanne Moynot / ÇA RESTE ENTRE NOUS

"Depuis 2013, nous œuvrons côte à côte et coûte que coûte dans le champ des arts visuels et du spectacle vivant. Après BORDEL (Festival Actoral 2017) où nous nous lancions dans un grand ménage de notre atelier commun, voici venu le temps du bilan. Avec ÇA RESTE ENTRE NOUS, nous dévoilons nos backstages afin de regarder en face notre parcours professionnel et amical. Sous la forme d’une conférence performée, nous explorons nos archives (échanges mails, photos et vidéos retrouvées dans nos ordinateurs, souvenirs, etc). Qui fait quoi ? Comment ? Pourquoi l’Autre ne pense pas comme moi ? Est-ce que je peux finir le plat ? Puis-je prendre seule cette décision d’acheter du scotch double-face plutôt que de la colle néoprène ? Et la télépathie dans tout ça ? Pourquoi ne fait-on pas comme on a dit qu’on faisait ? Qui m’a volé ma banane?"

Ensemble, Jeanne Moynot et Anne-Sophie Turion circulent librement du white cube à la black box en créant des installations, des performances et des spectacles. L’envers du décor bascule sur le devant de la scène : la fabrication des images spectaculaires se fait à vue et la vraie vie s’incruste de toutes parts. En 2013, elles remportent le Performance Act Award (Festival Drodesera, Centrale Fies, Italie). Leur travail en duo a été présenté au Centre d’art contemporain de la Villa Arson à Nice (Le grand blanc), au Centre National d’Études Spatiales à Paris (Blablacar), au 3bisf à Aix-en- Provence et au Granit – Scène Nationale de Belfort (On lâche rien), à la Friche Belle de mai à Marseille (Scoot toujours), dans le cadre du Festival Actoral (Bordel). Elles sont accompagnées par Actoral - bureau d’accompagnement d’artistes depuis début 2018. Leur nouvelle création, Le poil de la bête, sera présentée dans le cadre du prochain Festival Actoral en octobre prochain.



 

Galerie photo de la conférence - Diaporama

Informations pratiques

    • Du mardi au samedi.
    • Fermeture : dimanche, lundi et jours fériés.
  • Entrée gratuite, de 11h à 19h

    Visites commentées :

    • Mercredi à 12h30
    • Samedi 12h30 et 16h00
  • 12 rue Boissy d'Anglas, 75008 PARIS. 1er étage.

    • 01 53 30 88 00
    • info@fondation-entreprise-ricard.com
  • Métro : Concorde ou Madeleine

  • Parking : Concorde ou Madeleine