Un Barbare à Paris

Un Barbare à Paris

Du mardi 13 novembre 2018 au samedi 22 décembre 2018

Une proposition de Joachim Hamou, Maija Rudovska et Barbara Sirieix.

Artistes : Anna-Stina Treumund, Tatjana Danneberg, Guillaume Maraud, Signe Frederiksen, Evita Vasiljeva, Viktor Timofeev et Virgile Fraisse

Avec 23102015, Tatjana Danneberg, Virgile Fraisse, Signe Frederiksen, Guillaume Maraud, Viktor Timofeev, Anna-Stina Treumund, Evita Vasiljeva

Curators : Joachim Hamou, Maija Rudovska et Barbara Sirieix

Galerie photo de l'exposition - Diaporama

Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.
Un Barbare à Paris. Photographie : Aurélien Mole.

Un Barbare à Paris est une exposition émanant du manifeste Art Actif, écrit en 1923 par le collectionneur, écrivain et médecin letton Andrejs Kurcijs. Dans ce texte, Kurcijs identifie l’importance de l’art et de l’artiste dans la société, et la nécessité que l’art puisse être activé selon sa propre logique, qu’il soit indépendant.

Le projet n'envisage pas un positionnement autre que celui de son point de départ, à savoir le manifeste. Ce texte est complexe et ne saurait circonscrire une perspective unique ; les interprétations sont aussi nombreuses que le projet compte de participant•e•s. Comme le formule le philosophe contemporain letton Ainārs Kamoliņ : « Un des paradoxes lorsqu’on parle d’art actif, c’est que nous ne pouvons pas le définir parce que le fait de le définir le rend passif. En ce sens, on devrait plutôt parler d’échec actif. Il s'agit de faire juste assez pour ne pas gouverner le discours, mais quand même suffisamment pour avoir un impact. Utiliser cette force dans l’art sans pour autant régir ».

Cette conversation sur l’art actif survient à un moment où l’art en tant que tel ne semble plus constituer une menace pour les conventions de notre société. L’artiste peut-il-elle encore avoir une position critique ? Cette provocation ne concerne pas seulement l’artiste mais également notre relation à l’art, les institutions qui le soutiennent, le marché qui investit en lui et sa politique.

Aujourd’hui des artistes en France, en Lettonie et ailleurs tentent de se reconnecter à une dimension politique sans perdre leur autonomie artistique. La pertinence du texte Art Actif d’Andrejs Kurcijs se renouvèle dans ce contexte.

Joachim Hamou, Maija Rudovska et Barbara Sirieix sont les commissaires de l’exposition et les rédacteur•rices du livre Art Actif qui sera publié à cette occasion par Paraguay Press.

Le projet est soutenu et réalisé en collaboration avec Kim? Contemporary Art Center (Riga, Lettonie), la Fondation d’entreprise Ricard et Paraguay Press (Paris, France). L’exposition s’inscrit dans le cadre du programme international du centenaire de la Lettonie. Nos remerciements s’adressent en particulier au Ministère de la Culture de la République de Lettonie, à Latvia 100, à la Fondation Latvian State Culture Capital, au Fonds Stichting Niemeijer, à Sundaymorning @ EKWC, au Fonds Mondriaan, à la Fondation des arts danois, au KUMU – Art Museum of Estonia, à Zane Onckule et Riinu Rahuoja.


Performance tous les jeudis à 18h 

Écrite par Signe Frederiksen, La nouvelle organisation est mise en scène en collaboration avec Matthieu Brion, Thelma Cappello, Shawn Jeffers, Nicole Mersey, Rafael Moreno et Xiao Wang.