Jean-Marie Perdrix, « Mauvaise graine »

Du Jeudi 14 septembre 2017 au Samedi 11 novembre 2017.

Artistes :

Jean-Marie Perdrix

Présentation

La galerie Samy Abraham est très heureuse de présenter l'exposition personnelle de Jean-Marie Perdrix, «Mauvaise graine».


Note sur le projet de recyclage des déchets plastiques par la coopérative Yamba-D, Burkina-Faso,

Le 5/9/2017

La coopérative Yamba-D vise la production semi-industrielle au sein d’un atelier situé à Karpala, quartier de Ouagadougou, de produits moulés à partir des déchets de plastiques ménages. Cette initiative regroupe une famille d'artisans bronziers traditionnels, MM. Ousmane Dermé et ses fils, Issaka, Salif, Ali et M.Jean-Marie Perdrix, un artiste plasticien vivant en France. Le projet concerne la conception et la fabrication de produits à base de déchets plastiques en remplacement du bois. Il se trouve au croisement du design, de la sculpture, d’une économie collaborative et s’intègre dans divers enjeux cruciaux liés au développement durable.

Un test effectué par la Caisse Régionale d‘Assurance Maladie atteste de la non-toxicité du procédé lors du fondage des polyéthylènes et polypropylènes qui constituent la masse la plus importante des déchets de plastiques ménagés.

Après de nombreuses recherches, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a produit une expertise et rendu des conclusions très favorables au regard des enjeux de la gestion des déchets, de la lutte contre la déforestation, de la création d’emploi et du développement.

Les pays du Sahel ont toutes les difficultés à maîtriser la gestion et le traitement de leurs déchets. Les sachets plastiques, que l’industrie ne parvient pas à recycler, dispersés en tout lieux, sont révélateurs de l’absence de solutions adaptées et pérennes à ce fléau. Cette pollution cause des ravages par l’obstruction des caniveaux, causant des inondations, des eaux croupies et décime le cheptel des animaux d’élevage.

Une aide de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques accordée en 2016 a permis de prototyper l’activité autour de la production de tables-bancs et un premier lot de trente tables fut donné, lors d’une cérémonie, à une école élémentaire du quartier Niocsin à Ouagadougou. Par cette action, la coopérative a pu mettre au point l’équipement, former du personnel, réaliser un test en grandeur nature et faire connaître son activité auprès des autorités. La coopérative fut ainsi en mesure de préciser des objectifs concrets concernant un atelier pérenne de recyclage des déchets plastiques ménagés.

Le projet se base sur la réalisation d’un atelier équipé de trois moules et produisant 10 tables par jour. La production de 2000 tables par an à Ouagadougou (modèle en usage en remplaçant le bois par le plastique), permet de collecter 100 tonnes déchets par an, soit une part significative des 1000 à 2000 tonnes du gisement annuel exploitable de déchets plastiques ; de créer 10 emplois ; d’avoir un impact sur la salubrité de 35 000 foyers comptant en moyenne 10 habitants par foyer ; de distribuer 10 à 15 millions de FCFA directement au secteur informel dans l’achat et le traitement de la collecte ; de rétribuer 50 personnes en mi-temps ; d’équiper 100 classes pour 6000 écoliers du primaire. Le plastique se substitue à 100 t bois soit l’exploitation de 130 ha forêt. La production est bénéficiaire au coût du marché public. Le gisement exploitable est à la mesure des besoins annuels en équipement scolaire.

Grace à un soutien de Lafayette Anticipation – Fonds de dotation de la famille Moulin, Paris, accordée en juin 2017, la coopérative a amélioré son espace de travail par la construction d’une dalle et d’un hangar tôlé, d‘un raccordement au réseau électrique et dispose d’une presse efficace, des moules adéquats et de matériel de chauffe au gaz. Actuellement, l’atelier est doté de tout l’équipement permettant la réussite de ses objectifs.

La coopérative souhaite maintenant obtenir une commande importante de l’ordre d’une centaine de table au prix des marchés publics (35 000 FCFA /HT l’unité) pour affirmer ses objectifs et détailler ainsi les dimensions du projet concernant :

- la meilleure définition des processus et de l’organisation de l’atelier de production avec l’aide du nouvel équipement,

- l’organisation et le positionnement du projet dans ses différentes dimensions : collecte, débouchés, image, vis à vis des autorités locales ou nationales,

- la réplication du modèle d’atelier.

Jean-Marie Perdrix

Secrétaire Chargé aux Relations Extérieures

Galerie photo de l'exposition - Diaporama

Jean-Marie Perdrix, «Mauvaise graine»
Jean-Marie Perdrix
Mauvaise graine, 2017
Exhibition view 
Galerie Samy Abraham, Paris

Crédit Photo : Aurélien Mole 
Jean-Marie Perdrix
Mauvaise graine, 2017
Exhibition view 
Galerie Samy Abraham, Paris

Crédit Photo : Aurélien Mole 
Jean-Marie Perdrix
Mauvaise graine, 2017
Exhibition view 
Galerie Samy Abraham, Paris

Crédit Photo : Aurélien Mole