Ana Mendieta « Cuba & Miami »

Du Samedi 13 octobre 2018 au Samedi 17 novembre 2018.

Artistes :

Ana Mendieta

Présentation

Cette nouvelle exposition réunit un ensemble de photographies en grand format, de films récemment numérisés et une sculpture rarement exposée, qui manifestent le lien entre le pays d'origine et le pays d'adoption de l’artiste, Cuba et les États-Unis. Mendieta a souvent dit qu’elle avait été « arrachée » à son pays natal, et elle a constamment cherché à retrouver ses origines et le Cuba de son enfance. Son retour au pays, une fois devenue artiste, a profondément influencé son œuvre. Près de 40 ans plus tard, cette sélection d’œuvres est exposée à Paris pour la première fois.

Après la célèbre série Silueta (1973-1980), Mendieta a créé des œuvres de plus en plus ambitieuses et sculpturales. En 1980, elle commence à tirer ses photographies en grand format et, pour souligner la géométrie et la tridimensionnalité des formes, elle privilégie souvent le noir et blanc. Mendieta a été la première exilée officiellement reconnue par le Ministère de la Culture cubain et autorisée à travailler à Cuba, où elle a exécuté, dans les collines du parc du Jaruco, l'un de ses plus importants cycles d'œuvres, Sculptures rupestres. Travaillant dans la nature et dans des lieux reculés, elle s'est inspirée de la culture indigène et des mythes précolombiens pour inscrire dans le paysage des formes féminines archétypales. Sculptant directement dans le calcaire et peignant des silhouettes en noir, elle a ainsi laissé sa marque dans un site qui lui était familier, baptisant ses sculptures du nom de divinités Taíno. L’exposition réunit plusieurs photographies noir et blanc de ces Sculptures rupestres, figures abstraites taillées dans la roche. Deux films, tournés à Cuba (Varadero et Guanabo), nouvellement numérisés, seront également présentés pour la première fois. L'exposition montrera aussi des œuvres exécutées à Miami, symboliquement et physiquement le point géographique des Etats-Unis le plus proche de Cuba. Aimant les rivages de Miami, Mendieta y a créé plusieurs œuvres, notamment la série Sandwoman (1983). L’exposition propose une rare reconstitution de l'installation d’origine, qui préfigure les sculptures ultérieures en terre et en bois, ainsi que plusieurs photographies. Ochún (1981), doit son titre à la déesse protectrice de Cuba, une divinité afro-cubaine dotée du pouvoir de créer l'unité. Deux crêtes de sable incurvées symbolisent les États-Unis et Cuba, unis par la même eau qui coule entre eux. Déplacement et unité, deux thèmes récurrents chez Mendieta, sont très présents à travers les œuvres de l'exposition. 

*

Raquel Cecilia Mendieta, nièce de l'artiste et administratrice associée de la succession Ana Mendieta, sera présente au vernissage à 17 heures. 



Mendieta est née à La Havane en 1948 et, après la Révolution cubaine, a été exilée aux États-Unis en 1961. Elle a vécu et travaillé dans l'Iowa, au Mexique et à New York, où elle est morte en 1985. La Galerie Lelong & Co. représente la succession d'Ana Mendieta depuis 1991. En collaboration avec la galerie, la succession d’Ana Mendieta vient de cataloguer et numériser l'ensemble des films de l’artiste, soit plus de cent œuvres sur dix années de création. La présentation inédite de ces films, sous le titre Covered in Time and History : The Films of Ana Mendieta, a été co-organisée par Lynn Lukkas et Howard Oransky et produite par la Katherine E. Nash Gallery, University of Minnesota, en 2016. Elle a été présentée dans plusieurs institutions et le sera pour la dernière fois à la Galerie nationale du Jeu de Paume du 16 octobre 2018 au 27 janvier 2019. Le Jeu de Paume accueillera le 16 octobre, de 19 heures à 21 heures, une projection de films et un débat avec Raquel Cecilia Mendieta, Howard Oransky et Elvan Zabunyan. Seront présentés à cette occasion deux films Super 8 réalisés par Ana Mendieta à Cuba, et un court documentaire, Whispering Cave , tourné par sa nièce, sur les traces de sa tante et des sculptures qui subsistent à Jaruco.

Mendieta, La Venus Negra (The Black Venus), 1981/201839 5/16 x 53