Saâdane Afif « Musiques pour tuyauterie »

Du Samedi 13 octobre 2018 au Samedi 22 décembre 2018.

Artistes :

Saâdane Afif

Présentation

Les Musiques pour Tuyauterie trouvent leur origine dans « Les Archives de la fontaine, 2008-2018 », une oeuvre de Saâdane Afif exposée l’an dernier au Centre Pompidou et au NMNM à Monaco. Ce projet monumental, dont une sélection est présentée au sous-sol de la galerie, raconte la façon dont se sont propagées par l’édition sous toutes ses formes, l’image, l’idée et l’histoire de « Fountain, 1917 », le fameux urinoir de Marcel Duchamp. A cette occasion Saâdane Afif a commandé à quelques amis, artistes, critiques et écrivains, des paroles de chansons inspirées du légendaire ready-made. Il a ensuite demandé à Augustin Maurs de composer à partir de ces textes la série des dix pièces pour flûte et voix, qui fondent les « Musiques pour tuyauterie ». Les urinoirs ne sont-ils pas également question de plomberie, de tuyaux, de trous d’évacuation et plus généralement d’une certaine respiration des fluides ?

Dix flûtes ont été façonnées sur mesure dans des os d’oiseaux de différentes espèces, suivant les techniques de fabrication des flûtes trouvées dans la grotte de Hohle Fels, en Allemagne. Ces objets, dont l’un des plus emblématiques est taillé dans l’os de l’aile d’un cygne sauvage, sont considérés comme les plus anciens instruments de musique découverts à ce jour. Dans leur nouvelle version, chacune des dix flûtes possède une forme et une tonalité précise permettant d’interpréter le seul et unique texte auquel elle est dédiée. « Les Musiques pour Tuyauterie » creusent un tunnel temporel par lequel les mélodies nées d’instruments à vents préhistoriques croisent les chants inspirés de l’oeuvre d’art la plus controversée de notre temps.

Pour sa première exposition chez mor charpentier, Saâdane Afif met en scène ce processus de création musicale. Une dizaine de vitrines abritent les flûtes, accompagnées des partitions originales d’Augustin Maurs, tandis qu’un cartel technique nous renseigne sur l’origine et la destination de ces objets. Aux murs, les textes qui ont inspiré le compositeur rythment le parcours.

A l’instar d’autres projets de l’artiste, l’exposition est donc un prolongement et un point de départ; un moment défini où s’agencent tous les éléments nécessaires à son extension.

Un poster, présenté dans la galerie, vient souligner ces différentes temporalités. Reprenant les noms de toutes les personnes impliquées dans le projet, il annonce le concert à venir. Les « musiques pour tuyauterie » seront interprétées pour la première fois au Silencio à Paris, le 29 novembre 2018, par la flûtiste Susanne Fröhl et la mezzo-soprano Claudia van Hasselt.

Saâdane Afif, Shortcut , 2018Peinture acrylique sur page de journal43,4 x 35,6 cm (encadré)