Hans-Peter Feldmann

Du Samedi 13 octobre 2018 au Samedi 15 décembre 2018.

Artistes :

Hans-Peter Feldmann

Présentation

Willendorf, Willendorf! », s’écrie-t-il, et je joins ma voix à la sienne. Willendorf est une femme d’à la fois une petite quarantaine, 100 et 23000 ans! Elle s’appelle aussi Vénus comme Lespugue (qui était deux), Brassempouy, Vestonice, Milo, Stenton et beaucoup d’autres. Depuis 10 millions d’années, pour des raisons d’adaptation à un nouveau paysage, fait de belles prairies et de bouquets de forêt claire, leurs ancêtres (qui sont bien sûr les nôtres) se sont mis debout, curieux bricolage pour mieux vivre. Et ce nouveau port, a fait les seins provoquant, le ventre arrogant, le sexe abrité et les fesses généreuses pour équilibrer l’édifice. La femme s’est faite Vénus. Ne répétons pas qu’elle symbolise la fertilité, c’est d’une grande banalité. Mais si, avec Feldmann et ses poupées, on l’appelle simplement Beauté, et si on y ajoute un piquant d’érotisme, alors on est dans une des élégances du monde les plus partagées, un des universaux, tous genres confondus. 

Yves Coppens, octobre 2018 


La galerie Martine Aboucaya est heureuse d’annoncer la quatrième exposition personnelle de Hans-Peter Feldmann. 

Né en 1941, Feldmann a fait irruption dans le monde de l’art à la fin des années 60 en composant et en exposant des éditions de carnets réalisés à partir d’images trouvées, comme des cartes postales, des coupures de journaux ou des affiches. Ces images, qui constituent une partie de son impressionnante archive, sont classées selon un système de séries éminemment personnel. Il est un collectionneur compulsif et passionné d'images et d'histoires et un penseur original. 


Sa relation avec le monde de l'art a souvent été excentrique. Dans les années 1980, il se détourne du milieu artistique pour se consacrer à divers autres projets : vente par correspondance de dés à coudre, ouverture d’un magasin à Düsseldorf, manufacture de jouets en étain, ou encore activité d’édition de livres d’artistes. Une décennie plus tard, il recommence à travailler et reprend plus ou moins exactement là où il s'était arrêté. 


Son style unique recontextualise les objets du quotidien, en cataloguant le lieu commun et en lui donnant de nouvelles significations. Dans cette exposition, il aborde les tabous de la nudité en montrant des sex dolls grandeur nature, dans des situations à la fois quotidiennes et familières. L'une lit un livre, l'autre pleure. Encore une fois, il sort ces objets de leur contexte premier. Il donne à ces poupées un statut de représentation humaine, de sculptures figuratives sans aucune hiérarchie de citation. 


L'histoire de l'humanité et l'histoire de l'art ont glorifié le corps féminin. La représentation de la nudité est un thème universel. Ici, Feldmann provoque simplement notre questionnement à la morale, à l'interdit et à la sexualité. La simplicité de son geste d’artiste et sa curiosité font écho à sa colossale connaissance des images et des oeuvres à travers l'histoire.

Galerie photo de l'exposition - Diaporama

Régine
Sex Doll reading
silicone
1,60 m high
Françoise
Sex Doll crying
silicone
1,60 m high
Brigitte, Sex Doll lying and reading, silicone, 1,60 high