Loris Gréaud

Lauréat : 2005

Lauréat du Prix, décerné lors de l'exposition Offshore, conçue par Jean-Max Colard, du 8 septembre au 21 octobre 2005.

greaud_pompidou_vue_prix.jpg
Loris Gréaud, Devils Tower Satellite, 2005, Sculpture mobile, Dimensions : 355 x 200 x 220 cm, Sculpture : Vincent Nevot, photo : Laetitia Badaut, production : Paris-musées, gb agency, courtesy Yvon Lambert Paris

Devils Tower Satellite (2005) est en ce sens exemplaire de sa démarche de réactivation de formes puisées dans l’univers cinématographique et dans la mémoire collective que le cinéma produit. Devils Tower Satellite est d’abord apparue comme un mirage ou une hallucination passagère dans les rues de Paris. Posée sur une remorque tractée par une voiture, cette sculpture de résine noire évoque la forme de la mystérieuse montagne du film culte de Steven Spielberg, Rencontres du Troisième Type (Close Encounters of the Third Kind, 1977).

Montagne sacrée pour les Indiens du Wyoming, celle-ci était dans le film le point de rencontre des extra-terrestres, le site d’un rendez-vous annoncé mentalement.
Fascinante, obsédante, connue même de ceux qui ne l’avaient jamais vue, elle poussait les personnages du film à la reproduire de façon compulsive. Loris Gréaud réactive cette Devils Tower de manière itinérante provoquant ainsi d’intrigantes rumeurs à son passage comme autant de « phénomènes d’apparition».

Biographie+-
1

Pas de biographie à la demande de l'artiste. 


Vidéo

Paroles d'artistes : Loris Gréaud, Devils Tower Satellite, 2005

Oeuvres+-

À la manière d’un réalisateur de cinéma, Loris Gréaud conçoit ses oeuvres à partir de rencontres et de discussions avec des ingénieurs, des architectes, des musiciens, des historiens, ou des scientifiques. Entre machines à rêves et architectures à cauchemars, ses oeuvres peuvent être perçues comme les différentes séquences d’un film dont le montage resterait à la charge du spectateur.