Adrien Missika

Lauréat : 2011

Prix décerné lors l'exposition The Seabass., conçue par Eric Troncy, du 13 septembre au 29 octobre 2011.

visuel_web.jpg
Adrien Missika, "DOME", 2011, vidéo, 10'29''
Un jury de collectionneurs et de professionnels a attribué le 13ème Prix Fondation d'entreprise Ricard 2011 à Adrien Missika pour son film Dome (2011). L'oeuvre rejoint ainsi la collection du Centre Pompidou après celles de Didier Marcel, Natacha Lesueur, Tatiana Trouvé, Boris Achour, Matthieu Laurette, Mircea Cantor, Loris Gréaud, Vincent Lamouroux, Christophe Berdaguer et Marie Péjus, Raphaël Zarka, Ida Tursic et Wilfried Mille, Isabelle Cornaro et Benoît Maire.

 

ADRIEN MISSIKA, DOME, 2011, 10'29''

Dome est à ce jour l'oeuvre la plus cinématographique d'Adrien Missika. Un jeune homme y explore l'un des chefs-d'oeuvre de l'architecte Oscar Niemeyer sur le site de la Foire internationale de Tripoli, au Liban, chantier engagé en 1963 et interrompu par la guerre en 1974. Ce vaste dôme devait abriter un auditorium circulaire, mais le bâtiment resta inachevé. À l'intérieur, des milliers de tiges d'acier pendent du plafond et le lieu, déserté, est une incroyable caisse de résonance où le moindre bruit provoque un écho assourdissant. Réalisé en Super8, format cinématographique correspondant à la période de construction du lieu, Dome a été transféré par la suite au format numérique. Dome est également présenté, dans la salle 18 du Musée national d'art moderne, au niveau 4 du Centre Pompidou, à partir du 23 mai 2012.

Biographie+-
13

FORMATION

2007 
Diplomé de l'ECAL, Lausanne, CH


EXPOSITIONS PERSONNELLES (SÉLECTION)

2015
Zeitgeber, Proyectos Monclova, Mexico City, MX
Gelassenheit (Laisser-Faire), 21er Raum, 21er Haus, Vienne, AT
Siesta Club, Quartz Studio, Turin, IT

2014
Amexica, Centre Culturel Suisse, Paris, FR
Cosmic Latte, Kunstraum Walcheturm, Zürich, CH

2013
Alien Verein, Neumeister Bar-Am, Berlin, DE
Impressions botaniques, Galerie Bugada & Cargnel, Paris, FR
Tephra, Galerie Edouard Manet, Centre d'art contemporain, Gennevilliers, FR
A Walk in The Park, Kunsthaus Glarus, Glarus, DE

2012
Archipel, La Salle de Bains, Lyon, FR
The Sun is Late, Galerie Crone, Berlin, DE

2011
Geological Norms (Sometimes Repeated), Marz, Lisbonne, PT
Tropical Prospects, SpazioA, Pistoia, IT

2010
Adrien Missika, Blancpain Art Contemporain, Genève, CH
Veduta, la Rada, Locarno, CH

2009 
Present Future, Artissima 16, Turin, IT
Exstatic, Coalmine, Volkart Haus, Winterthur, CH
Space Between, Rencontres internationales de photographie, Arles, FR
HMI, Module, Palais de Tokyo, Paris, FR
Fabriques, Centre d’Art Contemporain, Genève, CH

2006
Cartes Postales, Galerie Blancpain Stepczynski, Genève, CH


EXPOSITIONS DE GROUPE (SELECTION)

2016
Art Club #9 / Bois d’amour, Villa Médicis, Rome, IT
The Edge of the Earth, Ryerson Image Centre, Toronto, USA
Cher(e)s ami(e)s - Nouvel accrochage des collections permanentes, Centre Pompidou, Paris, FR
The Family of the Invisibles, Seoul Museum of Art (SeMA), Séoul, KOR
Le Temps de l'audace et de l'engagement - De leur temps (5), Institut d'art contemporain Villeurbanne / Rhône-Alpes, Villeurbanne, FR

2015 

FIAC Hors les Murs, Jardin des Tuileries, Paris, FR
Rencontres
Picha, 4th Lubumbashi Biennale, COG
Climats Artificiels, Espace Fondation EDF, Paris, FR
Pergola, Le Coeur, Paris, FR
Blue Majik, Atelier-ksr, Berlin, DE
Constructed Culture sounds like Conculture, Ellis King, Dublin, IR
Elsewhere. Observations on Island, Franz Josefs Kai 3, Vienne, AT


2014     
A Journey to Avebury, KARST, Plymouth, EN
Habiter le monde/Inhabiting the World, Biennale de Busan, Corée du Sud, KOR 
Stalactica, Quincaillerie Vander Eycken, Bruxelles, BE
Kyotographie, Kyoto Art Center, Kyoto, JP
Surfaces – New Photography from Switzerland, Fotomuseum Winterthur, Winthertur, CH
On what there might not be, Galeria Marso, Mexico, MX 
Do you speak touriste? Quand les photographes décodent les clichés touristiques, Musée d'art de Pully, Pully, 
(De)constructions, Le Bal, Paris, FR


RECOMPENSES

2015
Résidence / Résidence, 21er Haus (Belvedere), Vienne

2013
Lauréat / Prix de la Guggenheim Foundation, New-York

2011
Lauréat / 13ème Prix Fondation d'entreprise Ricard, Paris
Lauréat / Prix Kiefer Hablitzel, Berne
Bourse de residence / Résidence à Berlin du Fonds cantonal d’art contemporain, Genève

2010
Résidence / Canton de Vaud, l’atelier vaudois du 700è, résidence à la Cité Internationale des Arts, Paris



Vidéo

Paroles d'artistes : Adrien Missika, “Dôme”, 2011, © Centre Pompidou / Adrien Missika, 2013



Oeuvres+-

Le travail d'Adrien Missika, centré sur les images, aborde la question de leur perception par le spectateur et ce qu'il en attend , jouant dans l'espace qui se trouve entre et aux frontières mêmes de l'imagination et de la réalité, le plausible et l'invraisemblable.
Non seulement "faiseur" d'images, Adrien Missika est un fervent voyageur, incapable de vivre sous l'assignation à domicile. Il s'approprie le voyage dans sa myriade de formes historiques et culturelles - le Grand Tour, le pèlerinage, l'expédition scientifique, le voyage comme évasion - rassemblant pellicule et matériel visuel pour sa réserve personnelle "d'archétypes" : couchers de soleil, grottes, pics, formations rocheuses, vagues, palmiers, architectures et chaînes de montagnes. Ces images ne prétendent pas retracer les voyages, mais représentent les inventions d'un récit mélancolique caractérisé par des lectures multiples. Selon Gaston Bachelard, "vous rêvez du monde avant de le connaître". Profondément conscient et las de notre représentation du pittoresque et de notre tendance à confondre la carte avec le territoire, le travail d'Adrien Missika se concentre sur une réflexion sur notre expérience du monde à travers les images.

Adrien Missika arpente, filme et photographie au cours de ses voyages les lieux et « monuments oubliés », naturels ou construits. L'artiste invente ainsi des récits poétiques mettant en scène des images de phénomènes naturels et les traces du temps laissées dans l'architecture.
Il a co-fondé en 2006 l'espace d'art 1m3 à Lausanne. En 2009, il est invité aux Rencontres d'Arles, aux Modules HMI du Palais de Tokyo et à Plat(t)form 09 au Fotomuseum Winterthur. En 2012, son travail est présenté dans l'exposition « Le silence. Une fiction » au Nouveau Musée national de Monaco et à la galerie Crone de Berlin.