Photo: Alastair Miller

Lauréat : 2001

Tatiana Trouvé

Vit et travaille à Paris.
Biographie
Tatiana Trouvé est née en 1968 à Cosenza en Italie. Elle vit et travaille à Paris.

Les dessins, les installations architecturées, les sculptures et objets de Tatiana Trouvé rejouent les coordonnées de l’espace et du temps sur des plans matériels et physiques autant que sur des plans psychiques. Les espaces domestiques se confondent avec des espaces naturels, le minéral croit et le vivant se fige, l’intérieur et l’extérieur deviennent indistincts, les deux dimensions du dessin se combinent aux trois dimensions du volume, les échelles et les rapports entre les choses sont altérés… Ainsi, les ordres et les lois qui définissent notre réalité sont recomposés dans des mondes où se formulent de nouvelles coexistences, où l’espace et le temps flottent, où nos repères perceptifs se déplacent, à l’origine d’une expérience de désorientation.

Son travail a été montré internationalement lors d’expositions collectives à la Biennale de Venise (en 2003 et 2007), lors de la 29ème Biennale de São Paulo (2010), à la Hayward Gallery à Londres (2010) à la Fondation Pinault – Punta della Dogana à Venise (en 2010 et 2019), à la Biennale de Lyon (2015), à la Biennale d’Istanbul (2017), à la Triennale de Yokohama (2017) et à BIENALSUR, Biennale internationale d’art contemporain d’Amérique du Sud (2017). Ses expositions personnelles inclues notamment Double Bind au Palais de Tokyo, Paris (2007) ; 4 Between 2 and 3 au Centre Pompidou, Paris (2008) ; A Stay Between Enclosure and Space au Migros Museum, Zurich (2009) ; la South London Gallery à Londres (2010). Parmi celles-ci, on compte également Il grande ritratto, une vaste exposition inspirée par le titre d’une nouvelle de science-fiction de Dino Buzzati, conçue spécifiquement pour l’architecture de la Kunsthaus de Graz (2010). L’exposition itinérante I tempi doppi a été présentée au Kunstmuseum de Bonn, au Museion de Bolzano et à la Kunsthalle de Nuremberg (2014). La première exposition rétrospective de l’artiste, The Longest Echo, a eu lieu en 2014 au Mamco, à Genève. The Sparkle of Absence est la première exposition de l’artiste en Chine, organisée au Red Brick Museum de Beijing (2016). En 2015, elle a été commissionnée par le Public Art Fund pour concevoir l’installation Desire Lines présentée à l’entrée de Central Park à New York. En 2018, ont eu lieu également deux expositions personnelles, Le Numerose Irregolarità à la Villa Medicis à Rome et The Great Atlas of Disorientation au Petach Tikva Museum of Art de Tel-Aviv. La même année, une importante installation de dessins issus de la Collection Pinault a été présentée au Musée des Beaux-Arts de Rennes. En novembre 2019, elle a présenté une exposition personnelle à la Galerie Gagosian à Los Angeles.

Elle fut lauréate du prix Rosa Shapire (2019), du prix Acacia (Italie) en 2014, du prix Marcel Duchamp en 2007 et du prix de la Fondation d’entreprise Ricard en 2001.

Galerie Photos
Tatiana Trouvé, The Shaman 2018. Bronze patiné, marbre, béton, acier, sable, eau. Dimensions variables. Photo : Fredrik Nilsen Studio
Tatiana Trouvé, The Shaman 2018. Bronze patiné, marbre, béton, acier, sable, eau. Dimensions variables. Photo : Fredrik Nilsen Studio
Tatiana Trouvé, The Great Atlas of Disorientation 2017. Bronze, cuivre, peinture, patine, aluminium. 82 x 122 x 158 cm. Crédit photo : Roman März
Tatiana Trouvé, Somewhere In The Solar System 2017. Bronze, cuivre, peinture, patine, corde, aluminium. 78 x 120 x 175 cm. Crédit photo : Roman März
Tatiana Trouvé, vue de l'exposition : Fell the Sun in Your Mouth, Hirshhorn Museum, Washington DC, USA. Photo credit: Alex Jamison
Tatiana Trouvé, Les Indéfinis 2018. Plexiglas, bronze patiné, peinture, béton, aluminium, acier. 140 x 170 x 154 cm. Crédit photo : Roman März
Tatiana Trouvé, The Guardian 2019. Bronze patiné, onyx, peinture. 91,5 x 80 x 64 cm. Crédit photo : Florian Kleinefenn

Les dernières activités de Tatiana Trouvé à la fondation

Textworks à venir